L’Edito #1

La rédaction de ce journal Critiques en herbe tente de répondre à plusieurs objectifs très différents : inviter les jeunes à démythifier le monde du théâtre et à savoir se l’approprier pleinement, leur transmettre les codes de la représentation théâtrale, ses secrets de fabrication et sa diversité formelle, apprendre à développer leur expression orale et écrite mais aussi construire collectivement un journal, espace de parole libre où ils peuvent témoigner de leur expérience de spectateur, de leur rencontre avec les artistes et de leur questionnement plus large sur le monde. C’est donc un objet ambitieux et exigeant, réalisé néanmoins avec modestie, que vous tenez aujourd’hui entre les mains. Il n’existerait pas sans la coopération tripartite des enseignants, des acteurs culturels et des artistes. Dans une temporalité très courte (le festival s’achève le 16 décembre !), chacun, à son endroit, avec ses propres compétences, s’est mis à la tâche pour tenter de créer des passerelles entre l’art, la vie et l’école. Bien au-delà de l’objet fini, ce journal cherche à être une expérience partagée qui vise à se découvrir les uns les autres à travers le prisme du théâtre. Voici le premier numéro, comme un galop d’essai ! Il nous donne un aperçu de ce que représente le théâtre pour les jeunes, de ce qu’ils en attendent, de ce qu’ils ont retenu de la représentation de Purge et de ce que les artistes ont pu leur révéler de leur identité, de leur métier et de leur passion.

Dominique DUTHUIT, Journaliste intervenante

Publicités
Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Cloture du parcours critiques en herbes : 2nd 1 du lycée Julie Victoire Daubié d’Argenteuil

Afin de clore ce parcours théâtral et critique proposé par le Festival et le service culturel de la ville d’Argenteuil, les élèves de la seconde 1 du lycée Julie Victoire Daubié d’Argenteuil, avec leur professeur de Lettres, Jérôme Savereux et accompagnés de l’intervenante Dominique Duthuit, nous ont préparé une belle surprise ce mercredi 5 février au matin !

https://www.youtube.com/watch?v=ogsYDAG-DS0

Nous étions conviées, Yasmine Cassin chargée de l’action culturelle au Figuier blanc, Ingrid Etienne médiatrice culturelle Arcadi au lycée et moi même, à 8 h 35 précises ! Belle surprise et belle image en entrant dans la salle de classe : les élèves avaient transformé leur espace en un endroit convivial, où les lumières tamisées nous invitaient à partager ce moment, cette parenthèse enchantée.
À l’image du spectacle « Le banquet de la vie » Photo 150que les élèves avaient découvert au Théâtre du Cormier et adoré, ils ont souhaité recréer à travers cette mise en espace, le récit de ce parcours et nous l’offrir en cadeau.
Filles et garçons s’étaient pris eau jeu, et tous habillés en noir et blanc, se sont investis à la préparation de cette restitution.

Photo 152Durant une heure, nous avons donc assisté et participé à un spectacle ponctué de paroles de lycéens (vous pouvez les retrouver sur ce blog) et d’extraits musicaux (Scherzo de la 9ème symphonie de Malher joué par Berlin/Abbado, 15ème sonate de Beethoven joué par Friedrich Gulda, et musique d’Alain Jean-Marie, grand jazzman) orchestré par leur professeur grand amateur de musique !
Merci à toutes et à tous !
Christiane Oillic
chargée de l’action culturelle du Festival

Publié dans Le banquet de la vie | Laisser un commentaire

Restitution : le point de vue des lycéens de la seconde 1 du lycée Julie Victoire Daubié à Argenteuil

Thomas : « Grâce au projet théâtre, j’ai appris à voir le théâtre d’une autre manière. Cela m’a permis de mieux comprendre les acteurs, les metteurs en scène et les pièces elles-mêmes. J’ai aussi appris à analyser et à mieux comprendre les scènes de spectacle. »

Je me souviens d’un moment marquant du Banquet de la vie, lorsque les comédiens ont ouvert la boîte à rêves et qu’ils lisaient les rêves de chaque spectateur.

Faïza : «Ce projet théâtre nous a permis, lycéens d’aujourd’hui, qui n’étions jamais allés au théâtre, mis à part dans le cadre scolaire, de découvrir cet art. Au début, nous avions tous des stéréotypes, tels que, « le théâtre, c’est pour les vieux, c’est nul, c’est ennuyeux ». Au fil des pièces et des rencontres avec les comédiens, nous avons découvert l’envers du décor, les stratégies de mise en scène, le métier de comédien. J’ai été surprise de voir comment la mise en scène et le « rythme » d’une pièce pouvaient être différents de l’une à l’autre ».

Je me souviens de notre surprise devant la violence de Purge.

Rayan : « Je me souviens de la première représentation théâtrale, Purge. Avant de rentrer en salle, je me préparai clairement à m’ennuyer pendant une heure et demie, mais finalement, j’ai apprécié la manière de jouer des acteurs ».

Maïssa : « Grâce au projet théâtre, j’ai appris notamment que le théâtre n’est pas qu’un lieu de loisirs, un lieu où l’on prend du plaisir, c’est aussi un lieu où l’on peut se cultiver ».

« Je me souviens de la pièce « ça foxtrotte dans la botte de mamie », la scène où les parents appelant leur fille, on a le sentiment qu’ils ont peur d’elle ».

Amine : « Je me souviens du moment de convivialité qu’on a partagé autour de la pièce de théâtre originale : Le Banquet / Je me souviens de la venue de l’acteur Roch Antoine qui nous a notamment demandé de faire des jeux où la confiance entre partenaires était primordiale. / Je me souviens de la participation assez remarquée de Gent et moi-même à l’amusante danse réalité dans l’arène du banquet. »

Lisa : « Durant tout le projet, j’ai appris à ne pas regarder une pièce de théâtre ou un film (passivement) mais plutôt observer d’un autre œil, d’un autre point de vue. Le metteur en scène ne choisit pas le décor ou les lumières aléatoirement, le spectateur doit s’interroger sans cesse pour comprendre pour quelles raisons le metteur en scène a fait cela et quel message il essaie de transmettre. J’aime bien le fait que cela ne soit pas très explicite car, ainsi, chacun peut se faire sa propre interprétation et laisser libre cours à son imagination. Au théâtre, le travail de metteur en scène n’est pas fait au hasard, tout est maîtrisé ».

Renda : « Durant le projet théâtral, nous avons pu nous « approcher » d’un monde que nous, jeunes de cette génération, voyons comme une chose qui ne peut faire partie du quotidien. Nous avons pu apprendre qu’un comédien n’est pas une personne « sans carrière » et que tous nos préjugés n’étaient pas fondés. Aussi les pièces de théâtre nécessitent un entraînement des comédiens, le travail des metteurs en scène et de tout le personnel. La scène est donc le fruit d’un dur labeur. Aussi un comédien est une personne qui est passionnée par son travail et non par l’argent. En rencontrant des personnes qui travaillent et accordent une grande importance au théâtre, on comprend que ce domaine n’est pas si éloigné de nous ».

Laetitia : « Grâce au projet théâtre, j’ai beaucoup appris. D’abord à apprécier le théâtre. Je sais maintenant réaliser une critique intelligente : essayer de me mettre à la place du metteur en scène et voir ce qu’il veut nous faire passer. J’ai appris à regarder le jeu des acteurs, le travail des lumières, des costumes et sur le décor. Le travail des comédiens est sérieux et précis. Ils s’entraident. Les représentations ne se ressemblent pas : cela dépend aussi des spectateurs et de leurs réactions.

Je me souviens du partage et de la bonne ambiance de la vie.

Je me souviens de la violence dans Purge.

Anissa : « Le projet théâtre aura été pour moi une très bonne expérience. Au départ, j’étais un peu réticente à l’idée d’être obligée d’aller au théâtre, puis, au fur et à mesure, j’ai beaucoup appris du théâtre. Grâce aux différentes pièces que nous sommes allés voir depuis le début de l’année, j’ai pu constater que le théâtre pouvait plaire à toute une population. J’ai pu remarquer également que les pièces ne traitent pas de sujets identiques. Elles se différencient selon le texte et son niveau de langue, la scénographie et enfin, le jeu des acteurs .

Je me souviens d’une scène de Purge, celle où Zara fait tomber Aliide de la chaise en la poussant. Elle m’a marquée par sa violence.

Je me souviens de la disposition, originale, de la scène dans Le Banquet de la vie. Elle m’a beaucoup plu, on se sentait inclus dans le spectacle.

Je me souviens d’une scène d’Oedipe-Roi, celle où Oedipe essaie de frapper avec une barre de fer. J’ai trouvé ça surjoué, on voyait que le comédien faisait semblant de vouloir frapper. »

Fiona : «Je pense que le métier de comédien est plus difficile que je ne me l’imaginais. Avant de participer à ce projet, les comédiens, pour moi, montaient sur scène et récitaient leur texte. En réalité, c’est beaucoup plus complexe que cela.

 La représentation de la convivialité apportée par la disposition des tables. / Je me souviens de la chemise à motif de papillons d’un des comédiens, ce qui nous a beaucoup amusés. / Je me souviens de la surprise que j’ai eue lorsqu’au début de la pièce, le comédien assis juste à côté de moi, prend la parole pour la première fois. »

Maxime : « Grâce au projet théâtre, j’ai appris que cet art était accessible à tout le monde et que c’est une expérience à vivre. Je n’y aurais peut-être jamais été. L’école m’a permis de le découvrir. Le théâtre peut être passionnant, si l’histoire est intéressante, mais il peut être également ennuyeux. Tous les sujets sont abordés, toutes les époques sont jouées. Certaines scènes peuvent choquer le spectateur par leur violence, d’autres peuvent être comiques. »

Tatiana : « Ce projet nous aura permis de nous rapprocher des comédiens en les rencontrant. Le théâtre est leur passion et l’argent est, pour eux, une question secondaire.

Je me souviens de mon étonnement en découvrant la première scène de la première pièce. »

Margaux : « Grâce au projet théâtre, j’ai appris que les comédiens s’entraînent dur pour être en mesure de parvenir à ce qu’ils souhaitent montrer sur scène. Ils sont également très stressés, même s’ils ne le montrent pas , et qu’ils partagent ensuite leurs impressions, le spectacle terminé. J’ai appris que les comédiennes sont moins demandées que les comédiens et je trouve cela injuste. J’ai également appris que, dans une scène de violence, ce n’était pas l’agresseur qui noyait l’agressé, mais au contraire ce dernier qui se noyait lui-même et que cela prenait beaucoup de temps à être mis au point. »

Cindy : « Je me souviens du moment où les deux célibataires espérant l’amour se sont rejoints tels deux amants durant Le Banquet de la vie / Je me souviens que pendant Le Banquet de la vie, on a dû écrire nos rêves sur un bout de papaier et ensuite les mettre dans une boîte / Je me souviens ce moment d’Oedipe-Roi où Oedipe santait et dansait de joie à l’idée où il pouvait être sans parent connu, ce qui le faisait échapper à la fatalité ».

Amelle : « J’ai pu découvrir le monde du théâtre d’une autre manière, être attentive au décor, à l’importance du jeu des acteurs et de leurs déplacements, ou encore la nécessité de réfléchir à la musique et aux lumières. J’ai été sensible aux différentes interventions, de Dominique et des différents acteurs ».

Tatiana : « le projet nous a permis de nous rapprocher du monde du théâtre par la diversité des intervenants ».

Marine : « Au début de ce projet théâtre, je possédais certaines appréhensions concerant l’ennui et le jeu surjoué des acteurs. Je dois avouer n’avoir vraiment apprécié que le Banquet de la vie. Cette pièce m’a appris que la disposition de la scène et la proximité entre les acteurs et le public est importante pour capter l’attention du public. Ayant déjà vu des pièces de théâtre classique, tel que Le Malade imaginaire écrit et joué par Molière, les pièces banalement mises en scène, c’est-à-dire dans le cadre d’un face-à-face avec le public et des présents sur scène ne m’ont pas enchanté. Ce placement est le plus répandu et donc ne surprennent pas les spectateurs. Concernant Le Banquet de la vie, comme je l’ai annoncé précédemment, la proximité avec le public a permis de capter les problèmes soulevés dans cette pièce et de nous identifier à ceux-ci. Cette pièce a soulevé ma curiosité du théâtre et j’espère avoir l’occasion de revoir une représentation de ce genre.

Rayan : « Le projet m’a laissé perplexe au début, mais une fois terminé, je me dis que j’apprécie le théâtre. Avant de rentrer dans la salle lors du premier spectacle, je me préparais clairement à m’ennuyer pendant une heure et demie, mais finalement, j’ai apprécié la manière de jouer des acteurs. Lors du Banquet de la vie, chaque intervention modifiait potentiellement la direction du spectacle, c’était intéressant. »

Imane : «Ce projet théâtral m’a aussi appris à davantage témoigner, divulguer mes impressions personnelles. Grâce à ce projet, j’ai appris à me questionner davantage sur le monde extérieur. Le théâtre, c’est aussi se poser des questions durant la représentation ».

Elodie : « Je me souviens qu’avant le premier spectacle, je ne savais pas à quoi m’attendre car je n’étais jamais allée au théâtre auparavant  / Je me souviens avoir été surprise par le Banquet de la vie , l’organisation de l’espace, avoir dîné aux milieu des acteurs ».

Emma : « Grâce au projet théâtre, j’ai appris beaucoup de choses. Durant les quatre spectacles que nous avons pu voir, j’ai pu constater que plusieurs mise en scène étaient possibles. Sur deux pièces que nous avons vues, une même comédienne jouait deux rôles très différents, la prostituées Zara, dans Purge et l’adolescente dans ça foxtrotte dans la botte de mamie.

Publié dans Questions aux enfants... | Laisser un commentaire

Discussion d’après spectacle #2 Le Banquet de la vie

Quel est le moment préféré de la pièce dont je me souviens

 

-Quand j’ai mangé J et quand ils sont tous dansés.( Mickaël D.)

 

– Quand la mariée a dit à tout le monde : «  tu es vivant. » ( Fabien)

 

– Quand nous avons dansé( Brian )

 

– Quand le frère et la demi sœur disent quand ils se sont rencontrés . ( Axel)

 

– Quand les acteurs et le public ont dansé.( Mickaël B)

 

– Quand la jeune femme s’est levée et a pris en dessous une boite où l’on pouvait mettre nos rêves qu’on voudrait qu’ils se réalisent. A la fin, elle a ouvert tous les petits papiers ( Tiphanie)

 

– Quand on a dansé ( Quentin)

 

 

En retrouvant les moments forts du spectacle, combien de témoignages de vie avez vous entendu ? Donnez en au moins un.

 

– cinq témoignages. Le monsieur musicien qui trouve une partition. ( Quentin)

 

– cinq . Quand les deux acteurs ont parlé quand ils étaient petits et qu’ils n’arrêtaient pas de se battre. ( Mickaël B)

 

– cinq. Quand celui qui disait qu’il n’avait pas de femme et d’enfant. ( Axel)

 

– cinq. Quand le frère et la sœur ont raconté leur vie. ( Fabien)

 

 

Quelle couleur dominait dans le spectacle ?

 

– Le jaune et l’orange. ( Mickael D)

 

– Le jaune et le blanc ( Fabien)

 

– Le blanc ( Brian)

 

– Le rouge, le blanc, le bleu ( Axel)

 

-Le jaune, bleu, noir ( Mickael B)

 

– Le jaune et le blanc. Il y avait des projecteurs qui augmentait et abaissait la lumière quand une personne parlait. ( Tiphanie)

 

 

Nommez les différences de ce spectacle par rapport au théâtre conventionnel ?

 

– On n’était pas assis sur des fauteuils rouge mais sur des chaises et au milieu, il y avait un trou où on dansait. ( Tiphanie)

 

– Au théâtre, on attend un petit peu dans le noir avant que le spectacle commence. On ne bouge pas. Là, on a mangé, dansé et parlé. ( Axel)

 

– Les comédiens et les spectateurs étaient mélangés.( Brian)

 

– La scène était ronde. Les comédiens étaient dedans et il y avait à manger. ( Fabien)

 

– On a mangé et on voyait tout le monde. ( Mikaël B)

 

– C’était mieux. C’était avec du suspense car on ne savait qui étaient les comédiens. ( Mickael B)

 

 

Qu’est ce qui vous a dérangé dans ce spectacle ?

 

– Au début, je n’ai pas compris que le spectacle commençait avec les gens ( les comédiens) qui parlaient. ( Brian)

 

– Au début, je ne savais pas si ça commençait ou si c’était comme cela. ( Axel)

 

 

 

A votre avis, quel message le metteur en scène Léa DANT a voulu faire passer à travers ce spectacle ?

 

– Elle a voulu nous faire partager le spectacle et aussi la vie des gens. ( Tiphanie)

– Elle a voulu passé le message de la vie. ( Quentin)

– Léa Dant a voulu nous faire passer le message que la vie est merveilleuse. ( Mickael B)

– La vie des gens et des situations. ( Axel)

– La joie. ( Fabien)

– ???? ( Mickael D)

 

Publié dans Le banquet de la vie | Laisser un commentaire

Piéce de révolte par Rachid Akbal

Publié dans Samedi, la révolution | Laisser un commentaire

Galerie image #2 Le Banquet de la vie

avec la classe de 5ème SEGPA du collège Les Hautiers de Marine

enseignante : Annick Delcuse

Publié dans Le banquet de la vie | Laisser un commentaire

La scène du théâtre vue par… #2

Publié dans Le banquet de la vie | Laisser un commentaire

Réactions des élèves 2de 1 Argenteuil

Publié dans Le banquet de la vie | Laisser un commentaire